Jean-Pierre Olivier de Sardan

Jean-Pierre Olivier de Sardan

 Bulles honoris causa

 

 

 

 

Les Docteurs honoris causa    page précédente - page suivante

Jean-Pierre Olivier de Sardan


Né en 1941, Directeur d’études à l’EHESS et Directeur de recherche émérite au CNRS, Monsieur Jean-Pierre Olivier de Sardan est sans conteste l’une des figures emblématiques de l’anthropologie française de ces vingt-cinq dernières années. Il est surtout connu pour son engagement en faveur d’une socio-anthropologie à la fois fondamentale, professionnelle et engagée, qui répond aux exigences de la recherche scientifique tout en contribuant simultanément à nourrir, de façon constructive, le débat autour des politiques de développement.  Pour promouvoir cette nouvelle socio-anthropologie, il a pris des initiatives institutionnelles qui ont rassemblé autour de lui un vaste nombre de chercheurs, issus des différentes disciplines impliquées dans la problématique du développement, dans l’ensemble de l’Europe et de l’Afrique. En 1991, il lançait ainsi, avec d’autres chercheurs européens et africains, l’Association euro-africaine pour l’anthropologie du changement social et du développement (APAD), dont il fut le premier président jusqu’en 1996.  En 1993, il fondait à Marseille, avec J-C. Passeron, le laboratoire «Sociologie, histoire, anthropologie des dynamiques culturelles », qui fut le lieu d’une intense activité interdisciplinaire pendant plus de dix ans.  Enfin, il créait en 2001 le Laboratoire d’études et de recherches sur les dynamiques sociales et le développement local (LASDEL) au Niger, un pays dont il a acquis la nationalité et où il réside depuis de nombreuses années. Appuyé par un réseau d’institutions européennes et africaines, ce centre a pour vocation de réaliser des études de qualité sur les enjeux sociaux contemporains en Afrique de l’Ouest et de former une élite de chercheurs africains en sciences sociales. Si un tel projet représente, au vu de la situation au Niger, un défi considérable, il a atteint, en à peine dix ans d’existence, des résultats remarquables, le Lasdel étant devenu depuis lors l’un des centres de recherche les plus réputés de l’Afrique subsaharienne. 

 

Fondées sur une nouvelle approche théorique et méthodologique, ces initiatives institutionnelles en vue de créer une communauté interdisciplinaire de chercheurs européens et africains, qui s’attache à développer un dialogue constructif avec les acteurs du développement, ont été accompagnées par une intensive activité de recherche.  Depuis les années 1990, Monsieur Olivier de Sardan a en effet dirigé de nombreux programmes de recherche internationaux, financés par différents bailleurs de fonds, sur les politiques de développement, le fonctionnement des administrations, ou encore les systèmes de santé publique en Afrique de l’Ouest.  Réalisés dans une visée comparative par le réseau de chercheurs européens et africains que Jean-Pierre Olivier de Sardan a réuni autour de lui, les travaux qui en sont issus ont imposé un nouveau paradigme dans l’analyse des processus de développement et de la délivrance des services publics – un paradigme largement reconnu aujourd’hui en anthropologie, en sociologie et dans les sciences du développement. Au-delà des sciences sociales, ils ont rencontré un écho très favorable dans d’autres disciplines concernées par ces questions (agronomie, santé publique, etc.) ainsi que dans le monde de la coopération au développement au sens large.

 

Sur l’ensemble de sa carrière, Monsieur Olivier de Sardan a publié un nombre impressionnant d’ouvrages et d’articles, en français et en anglais, ainsi que des films. Il est avant tout un éminent spécialiste des sociétés songhay-zarma et du Niger. Mais il doit principalement sa notoriété à son livre sur l’anthropologie du développement, où sont exposés les principes théoriques et méthodologiques qui fondent son approche dans ce domaine de recherche, et à son livre sur la rigueur du qualitatif, dans lequel il systématise, de manière plus large, ses positions épistémologiques et méthodologiques.  Ces publications, rédigées dans un style clair et limpide, ont influencé toute une génération de chercheurs européens et africains. On peut donc affirmer que Monsieur Olivier de Sardan a sensiblement contribué, comme « entrepreneur institutionnel » et chercheur scientifique, au développement des sciences sociales en Europe et en Afrique.

 

 

  

 

 

 

 

  

Les Docteurs honoris causa     page précédente - page suivante

Version imprimable Page mise à jour le 2017-10-06