Press release

Le satellite Planck au CSL pour la phase finale de vérification

25/04/2008

Planck (du nom du physicien allemand Max Planck) est la prochaine mission scientifique de l’Agence Spatiale Européenne (ESA). Pierre angulaire du programme scientifique de l’ESA, cette mission a été étudiée et mise au point pour cartographier les infimes fluctuations du rayonnement micro-onde de fond de ciel (bruit de fond cosmologique). Ce rayonnement fossile permet de retrouver la trace des premiers instants de l’univers, juste après le « Big-Bang ».

Planck fait suite à 2 missions américaines visant le même objectif, COBE en 1989 (Cosmic Background Explorer) et WMAP en 2001 (Wilkinson Microwave Anisotropy Probe). En 2009, Planck fournira de nouvelles mesures avec une résolution et une sensibilité jamais atteintes jusqu’à présent. Ces mesures amélioreront nos connaissances sur l’âge, la composition et les premières phases de la vie de l’Univers.

Pour atteindre ses ambitieux objectifs scientifiques, Planck devra travailler à des températures très basses et très stables. Une fois dans l’espace, ses détecteurs seront refroidis à des températures proches du zéro absolu, allant de -253°C à -273°C, ce qui fait de Planck une vitrine des cryotechnologies de pointe européennes.

Le satellite Planck sera lancé en fin d’année au départ de Kourou à bord d’une fusée Ariane 5, conjointement avec le satellite Herschel, dont la mission est d’observer la matière très froide dans l’Univers (noyaux de galaxies, étoiles et planètes en formation). Planck sera ensuite acheminé à 1,5 million de kms de la terre sur son orbite finale, à 4 fois la distance terre-lune, dans la direction opposée au soleil. Il mettra environ 5 mois pour atteindre cette position qui lui permettra de réaliser ses observations dans les meilleures conditions possibles, loin des perturbations terrestres et dans un environnement stable.

Le CSL, dernière étape avant Kourou ?

PlanckAprès une longue phase préparatoire de sept années, c’est au Centre Spatial de Liège (CSL) que le fonctionnement du satellite Planck sera ultimement vérifié. Sa mise au point a nécessité un programme de développement important, avec en 2005 des essais préparatoires au CSL sur un prototype de qualification.Les équipements du satellite utilisent des technologies très avancées qui requièrent des vérifications précises dans des conditions proches de celles que connaîtra le satellite dans l’espace. Ces conditions particulières sont reproduites dans les installations du Centre Spatial de Liège. Dans ce cas précis, le CSL réalisera un environnement qui va permettre le refroidissement du satellite à -220°C. L’instrument de mesure qui est au cœur du satellite sera lui-même refroidi à -273,05°C, à 0,1°C du zéro absolu. Le CSL mènera cette campagne de test sous vide pendant plus de 60 jours avec des équipes se relayant sans interruption 24h/24, 7j/7 et opérant des moyens techniques très spécifiques pour refroidir de façon contrôlée cet équipement de 1800 kg, d’un diamètre de 4 m sur 4 m de long. Ce test est extrêmement critique, tant du point de vue technique où aucune erreur n’est permise sur le matériel de vol, que du point de vue planning, le moindre retard se répercutant sur la date de lancement ainsi que sur celle de la mission Herschel. La construction du satellite Planck est sous la responsabilité de la société Thales Alenia Space, maître d’œuvre du satellite, qui a confié au Centre Spatial de Liège la réalisation des essais de vide thermique. C’est le CSL qui a également réalisé les mesures de performance optique des deux miroirs du télescope Planck en conditions cryogéniques. Le programme des essais liés à la mise au point du satellite Planck a généré, depuis le début du projet en 2002, quelques 130.000 heures de travail hautement qualifié dans la région liégeoise. Le satellite est arrivé au CSL ce 23 avril pour une campagne d’essais qui s’étendra jusqu’au mois d’août.

Note à la rédaction

La presse intéressée peut être accueillie au CSL. Le satellite sera ponctuellement visible certains jours pendant les préparatifs du test, jusque début juin. Merci de prendre contact préalablement avec le CSL (+32 (0)4 367 66 68). Jean-Marc Defise, Directeur Général du CSL et Isabelle Domken, Chef de Projet Planck au CSL, seront à la disposition des journalistes. Des informations actualisées seront mises en ligne sur le nouveau site web du CSL (www.csl.ulg.ac.be) tout au long de la campagne de test.

Contact(s) :

ULg Presse-Communication, +32 (0)4 366 52 18, press@ulg.ac.be

Print version Page updated on 2009-01-26